… et moi, et moi, et moi.

Quand je débute l’accompagnement d’un client à l’écriture, j’ai toujours en tête cette image de deux pieds nus, ancrés dans l’herbe, et des milliers de petites racines qui relient chaque orteil, la voûte plantaire, le talon, à la terre. En écriture, l’approche dite narrative invite quiconque souhaite raconter son histoire à visiter ces racines, car ce sont-elles qui donnent sens à nos actions, à nos choix, à nos savoir-être et savoir-faire.

La création de mon activité de freelance, en 2014, m’a obligée à aller regarder d’un peu plus près mes racines, bien cachées pour certaines, assez disparates pour d’autres. Au fil du temps, j’ai fait la synthèse et c’est cela même qui m’a permis de faire grandir mon entreprise et mon discours, en adéquation avec qui j’étais – vraiment. De faire le lien entre ce que je proposais dans mon offre de services et cette petite fille, qui, il y a 30 ans, passait ses journées le nez plongé dans les romans ou sur le sol de sa chambre, à composer de petits journaux, l’encyclopédie à la main. De faire le lien entre mon amour de la littérature et mon admiration pour les grands reporters. De faire le lien entre ma propre envie d’ailleurs, que j’ai pu assouvir dans de multiples voyages, des études à l’étranger et des amis aux quatre coins du monde ; la construction d’un langage commun et la construction de mon propre langage.

Rétrospectivement, j’ai eu la chance de commencer ma vie professionnelle, en tant que journaliste, au sein de beaux projets ambitieux et humains, à l’instar de Café Babel, le premier magazine fait par et pour les jeunes européens édité en six langues, de la revue Enjeux internationaux, ou d’Etudiants93, où j’ai accompagné des jeunes habitants de Seine-Saint-Denis à l’écriture journalistique web. J’ai travaillé pour la radio, sur des sujets société et culture, puis doucement viré vers le web au sein de plusieurs medias émergents sur la toile : le journal Le Monde, qui venait de se doter d’un .fr quelques années auparavant, SeniorPlanet, une start-up pure player, et le groupe de presse Alain Ayache, qui lançait peu à peu ses 8 magazines sur le web. Pendant 8 ans, j’ai eu la chance de travailler au coeur des stratégies de développement, d’envisager l’écriture sous d’autres formes, d’apprendre à penser, aussi, expérience utilisateurs, performances, accessibilité,… Au sein du réseau Canopé (opérateur de l’Education nationale pour la production de ressources pédagogiques) et de l’agence Ciclic (agence régionale du livre et du cinéma en région Centre), j’ai piloté plusieurs projets de service public à forte valeur ajoutée, pour l’enseignement (production de Cdroms…) et pour la diffusion des ressources culturelles sur le territoire.

Après Londres, Paris, je me suis installée à Tours (37) en 2011 et lancé en 2014 une activité freelance qui relie mon métier initial, l’information, et mes connaissances en communication, référencement naturel, architecture de l’information, accessibilité, analyse statistique. J’interviens principalement en sous-traitance d’agences web et e-marketing, d’écoles de communication, écoles de commerce et centres de formation. Aux côtés de l’agence CICLIC, je coordonne et édite la production éditoriale de deux magazines culturels : Le fil des images et UPOPI (Université Populaire des images).

En 2019, je crée l’agence Hyperbol(e). L’enjeu est de réintroduire à mon activité deux caractéristiques essentielles de l’écriture : la créativité et le développement personnel. Justement.

Publicités